janvier 3, 2022

Le sens véritable de la parole du maître Jésus: Laisse les morts enterrer les morts

Share this

Click to play

(Bible Mt 8:18-22)

Le maître Jésus avait coutume d'enseigner la foule sur la place publique. Le jour où il fit cet enseignement, il enseignait dans la rue. Au moment de partir, un de ces disciples vint et lui dit : 

« Maître, je te suivrai où que tu ailles ! », parole à laquelle Jésus répondit : « Les renards et les hiboux ont leur tanière, mais le fils de l'homme n'a pas d'endroit où se poser. » Alors, un autre disciple qui le suivait vint et l'interpella : « Seigneur, mon père vient de mourir, laisse-moi aller l'enterrer et attends-moi pour que je puisse te suivre. »

Alors Jésus prononça cette parole extraordinaire qui explicite tout son enseignement :

Paraboles de

Jésus

« Laisse les morts enterrer les morts. 
Et toi, suis-moi. »

 Jésus sous entend ici que les être humains ne sont pas vivants, qu'ils ne sont pas la vie, qu'ils ne la connaissent pas, qu'ils sont morts.

Qu'a voulu dire le maître Jésus par cette parole surprenante ?

Jésus était initié dans l'école des mystères, aussi, sa vision était totalement différente des hommes ordinaires. Au travers de cette parole, il révéla un enseignement caché. C'est un enseignement ésotérique qui ne peut se comprendre que de manière subtile, immatérielle, spirituelle. En effet, il existe, sur terre, deux grandes façons d'appréhender le monde, de le regarder :

  • avec la vision de l'homme qui ne regarde que ce qui est matériel,
  • avec la vision de l'âme et de l'esprit qui voit ce qui est subtil et caché, avec l’œil de Dieu.

L'homme ordinaire, regarde et ne voit que le corps physique et la réalité matérielle. À la vue de son corps animé, il se dira naturellement : « Je suis vivant, j'existe. »

Un initié, lui, verra non seulement le corps physique, mais également ce qui anime le corps, c'est à dire les pensées, les sentiments, les désirs. En portant son regard sur l'homme ordinaire, il verra que toutes ses pensées, ses sentiments et ses désirs sont uniquement dans le but de satisfaire les besoins du corps et de la vie mortelle. Le maître Jésus voit tout cela, mais aussi que l'homme a une âme et un esprit divin mais qu'il ne vit plus avec.


Ainsi, lorsqu'il dit : « laisse les morts enterrer les morts », il signifie que ces hommes sont mort à une vie spirituelle, à une vie plus grande, ils sont morts à leur âme, à leur être authentique. Ils vivent en tant que corps, il vivent en tant qu'êtres mortels, en tant que personnalités mortelles, mais il ne vivent pas en tant qu'âmes et en tant que divinités, en tant qu'êtres divin, en tant qu'êtres dans la lumière. Pour un maître comme Jésus, c'est une réalité, les hommes sont morts. Ils ne connaissent pas la vie, la vie véritable, la vie éternelle. Leur « vie » se limite à la naissance du corps et à sa mort, au delà, il n'y a rien pour eux.

La mort et la vie selon Jésus

La mort, c'est s'arrêter à la forme, c'est vivre uniquement pour le côté matériel, le côté physique ; c'est vivre dans le seul but de satisfaire ses besoins terrestres, les besoins du corps.

La vie, c'est d'éveiller ce qui est plus grand que le corps et plus grand que la mort.

Un exemple de mort est un homme qui est dans des croyances non basées sur la vérité, dans une philosophie abstraite. Car la vie, elle, est immortelle, éternelle. S'éveiller à la vie, c'est éveiller en soi des pensées plus grandes que la mort, c'est-à-dire des pensées de lumière, de sagesse (, qui traversent le temps, qui sont vraies de toute éternité) ; c'est retisser une lien avec son âme, avec l'esprit, l'être véritable immortel.

Là où la parole du maître est puissante de vérité, c'est que le disciple qui veut enterrer son père n'est pas éveillé à la vie supérieure, à la vie divine, il est mort. La mort, c'est de consacrer toute sa vie au monde matériel.

Si on regarde le monde d'aujourd'hui, la plupart des hommes consacrent leur vie, leur énergie au côté matériel. En retour, ils espèrent ainsi un confort, une vie qui apparaît uniquement dans la matière.

Les hommes n'ont pas saisi l'essence de la vie sur terre, qui est une école servant à se transformer soi-même, ils ne cherchent pas à travailler sur eux-mêmes, à se transformer. Ils n'ont pas compris que le but de la vie sur terre était de faire apparaître une vie plus grande que la mort à l'intérieur de soi. Or, lorsque Jésus s'adresse à son disciple en disant : « toi, suis-moi » et « laisse les morts enterrer les morts », il signifie que son père sera enterré quoi qu'il arrive par des être qui ne sont pas éveillés à leur âme, qui sont morts.

Jésus portait les paroles de la vie

Jésus portait les paroles de la vie, aussi, lorsqu'il dit : « toi, suis-moi », en réalité il dit : « suis la vie », car Jésus était animé par une intelligence supérieure, il était un guide, un homme capable de conduire les autres vers les mondes supérieurs.

Si on observe les hommes d'aujourd'hui, la plupart ont une vie orientée vers leurs besoins matériels, et cela même dans la spiritualité : ce qui intéresse les maîtres spirituels, c'est d'obtenir des bénéfices pour leur corps et/ou leur vie matérielle. La pensée, les sentiments, le pouvoir créateur de l'homme sont orientés vers les bienfaits terrestres et non pas pour faire apparaître la divinité et pour retisser un lien avec l'âme, avec ce qui est divin à l'intérieur de l'homme.

Ce que Jésus a voulu enseigner à travers cette parole, c'est que nous ne sommes pas réellement nés.

Un autre enseignement de Jésus vient compléter cette parole. Lorsque Jésus est à Jérusalem, un Juif, Nicodème vient le visiter la nuit et lui pose des questions (Jean 3:1-10). Jésus lui répond : « Celui qui n'est pas né d'en haut ne peut pas voir le royaume de Dieu. » Le maître parle ici de la naissance à son âme, à son être véritable. Puis, « Celui qui n'est pas né d'eau et d'esprit ne peut pas connaître la vie éternelle. » À l'écoute de cette parole, Nicodème est désorienté, il ne comprend pas. Il pose même la question suivante : « Mais alors, comment faire ? Doit-on retourner dans le ventre de notre mère ? » Alors Jésus est direct et le sermonne : « Tu es un maître en Israël, tu es un maître dans ta tradition et tu ne connais même pas ces mystères ?! »

Pourquoi est-il si dur avec Nicodème ? Parce qu'en réalité, les mystères de la seconde naissance, ce sont les mystères de base de la tradition, connus des Égyptiens, de l'Inde et donc de Moïse, c'est une connaissance qui était présente dans toutes les traditions initiatiques. Mais ce savoir s'était perdu à cette époque-ci. De nos jours, ce savoir s'est presque éteint.

Le maître Jésus ne se contente pas de dire, « laisse les morts enterrer les morts », il va plus loin, il parle d'éveil intérieur pour renaître à une vie plus grande, à une vie immortelle. Il révèle ainsi les secrets de la vie avec la Lumière, de la vie divine, sacrée. L'homme qui veut connaître cette vie doit être initié aux mystères et doit mourir à sa personnalité mortelle et renaître à ce qui est divin, immortel.

Jésus n'a pas dévoilé tous les secrets de cette seconde naissance, il n'a pas enseigné la science des corps. Pour renaître à cette vie plus grande, il faut se constituer un corps, travailler sur soi, être initié et opérer une transformation intégrale pour faire apparaître dans sa vie un corps d'immortalité. Cet enseignement sacré était transmis dans les temples, c'est pourquoi il ne l'a pas révélé ouvertement pour éviter que des personnes inconscientes, ignorantes y aient accès. Il adressait cet enseignement aux initiés, ceux qui étaient prêts à le recevoir, qui avaient « des oreilles pour entendre », afin qu'ils puissent le mettre en pratique dans leur vie.


Tags

Laisse les morts enterrer les morts


Vous aimerez peut-être aussi

Les 7 portes des mystères

Les 7 portes des mystères

Qui est l’Archange Gabriel ?

Qui est l’Archange Gabriel ?
{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
>